L’incroyable lifting d’une maison des années 70

L’incroyable lifting d’une maison des années 70

QUINZE ARCHITECTURE, MAÎTRE D’ŒUVRE RENNAIS, VIENT D’ÊTRE RÉCOMPENSÉ PAR LE PRIX NATIONAL DE LA CONSTRUCTION BOIS DANS LA CATÉGORIE « RÉHABILITER UN LOGEMENT ». SON OUVRAGE ? LA TRANSFORMATION D’UN PAVILLON DES ANNÉES 70 À MONTGERMONT, EN BRETAGNE, EN MAISON PASSIVE, GRÂCE NOTAMMENT À L’UTILISATION DU BARDAGE BOIS.

Le lauréat du prix national de la Construction bois 2018 dans la catégorie « Réhabiliter un logement » est Quinze Architecture, une agence rennaise spécialisée dans la construction Passivhaus qui porte bien son nom : quinze fait en effet allusion à 15 kWh/ an/m2, les besoins maximums en chauffage d’un bâtiment Passivhaus. Le projet pour lequel il a été récompensé est la Maison BFS, un pavillon typique de la construction de maisons individuelles dans la région au cours des années 70. Il s’agit d’une réhabilitation lourde, qui a impliqué un investissement de 386 000 euros pour ses propriétaires, avec isolation par l’extérieur, ossature bois, bardage bois et ardoise. « Ce type de projet est particulièrement intéressant en Bretagne, à la fois en termes d’architecture et de performances. Les maisons néobretonnes de ce type ont été principalement réalisées dans les années 70, 80 et 90 et représentent 28 % du parc de logements bretons. Ce sont aussi des logements très énergivores. Ici, l’architecte a réhabilité le logement d’un point de vue architectural mais également énergétique, pour en faire une maison passive », notent les responsables d’Abibois, l’interprofession de la région. Et les architectes d’expliquer de leur côté : « Le défi était de faire de cette maison sans cachet, couverte d’enduit, une maison contemporaine passive avec une extension en bois. »

L’esthétique rejoint la technique

Pour ce faire, les architectes ont eu l’idée de créer deux monochromes en opposition : l’existant en noir, le neuf en bois, séparés par un joint creux en verre créant l’accès principal. « Il s’agissait de garder des traces de l’architecture d’origine : les lucarnes sont mises en valeur, bardées de bois et répondant visuellement à l’extension. » L’essence utilisée : du western red cedar d’Amérique, sans aucune finition. Pour la partie noire, c’est de l’ardoise de la marque Eternit qui a été choisie. Quant à la réhabilitation structurelle de la maison, l’ossature bois et les poutres en I sur la charpente conservée enveloppent le pavillon et forment le réceptacle de l’isolation par l’extérieur, constituée de 220 mm de ouate de cellulose et de fibres de bois. L’extension est en ossature bois traditionnelle. Une VMC double flux Paul Novus 450 assure la circulation et la gestion de la qualité d’air. Le plancher est chauffant. La rénovation vise le label Passivhaus, son besoin de chauffage est très faible et son étanchéité à l’air très performante. Quant aux entreprises de pose et d’exécution, elles sont toutes locales et de structure artisanale.

Les entreprises en charge du lot bois
Charpentier : Format Bois, 35136 Saint-Jacques-de-la-Lande.
Menuisier : Iso Construction, 35580 Guignen.
Constructeur bois : Format Bois
Bureau d’études bois : Format Bois

Alice Heras