Bois et béton pour le lycée de Gignac

Bois et béton pour le lycée de Gignac

Inauguré à la rentrée 2020, le lycée Simone-Veil de Gignac (34) accueille aujourd’hui quelque 1 100 élèves dans des locaux flambant neufs associant bois et béton. Une réalisation menée dans les meilleurs délais par des entreprises locales.

La toiture courbe du CDI.

Située à une trentaine de kilomètres au nord-ouest de Montpellier, la commune de Gignac avait grand besoin d’un nouveau lycée. Comme dans l’ensemble du département de l’Hérault, l’arrivée de nouveaux habitants entraîne depuis une vingtaine d’années la saturation des établissements scolaires. En 2016, la Région décide donc d’y implanter, sur un ancien terrain agricole de sept hectares, un nouveau complexe scolaire capable d’accueillir plus de 1000 élèves. Démarrés début 2019, les travaux sont aujourd’hui achevés et se sont déroulés sans encombre, à l’exception de six semaines d’arrêt lors du premier confinement. Imaginé par le cabinet Hellin-Sebbag Architectes associés, cet établissement réalisé en conception parasismique, conformément aux exigences de l’Eurocode 8, comprend quatre bâtiments en structure bois disposés autour d’une cour centrale: deux bâtiments d’enseignement en R + 2 orientés nord-sud accueillant 34 salles de classe, un CDI en R + 1 et un bâtiment de plain-pied pour la restauration.

Le chantier a fait la part belle aux entreprises régionales

Le bois sous toutes ses formes

Conçus sur le même principe, les deux bâtiments d’enseignement disposent d’un rez-de-chaussée en structure béton (dalle et voiles), surmonté de deux niveaux en structure bois composés de planchers en panneaux de CLT sept plis de 16 m de large – ce qui correspond à la largeur du bâtiment, assurant ainsi la rapidité de mise en œuvre –, d’une structure poteaux-poutres pour les travées centrales, et de murs à ossature bois en façade. Le tout réalisé par des entreprises régionales, avec de la part de la maîtrise d’ouvrage la volonté de mettre le bois à l’honneur. Entre ces deux bâtiments, le CDI et le réfectoire bénéficient d’une conception un peu différente avec un RDC béton, un R + 1 en structure bois (uniquement pour le CDI), et une charpente courbe en lamellé[1]collé rappelant les collines environnantes.

Énergie maîtrisée

Largement présent en structure ainsi que pour les revêtements intérieurs (faux plafonds acoustiques, sols des coursives…), le bois cède sa place à la terre cuite qui revêt l’ensemble des façades. Peu énergivores, les bâtiments sont isolés par l’extérieur à l’aide de 250 mm de laine de roche. Au niveau de la consommation énergétique, le soin apporté à l’orientation des différents espaces, couplé à la mise en œuvre de panneaux photovoltaïques sur le toit des deux bâtiments en R + 2, de brise-soleils sur les menuiseries aluminium et d’auvents en façade est, assure une consommation maîtrisée conformément aux exigences du label Bepos. Enfin, le recours aux matériaux naturels et biosourcés permet d’atteindre le niveau E4-C1 pour des bâtiments sains et performants, qui témoignent du savoir-faire des entreprises locales.

Fiche chantier

  • Financement: Région Occitanie.
  • Maîtrise d’ouvrage: agence régionale, Aménagement Construction Occitanie.
  • Maîtrise d’œuvre: Hellin-Sebbag Architectes associés.
  • Entreprises: SAS Pistres, Environnement Bois, Structure Bois Couverture.
  • Bureaux d’études: Terrel (structure) et Altéabois.

Volumes de bois mis en œuvre

  • Murs ossature bois : 330 m 2 de bois local en provenance de la haute Lozère.
  • CLT : 1330 m 3 pour les planchers et les refends des bâtiments d’enseignement. Mise en œuvre: 600 m 2 par jour par 4 personnes.
  • Lamellé-collé: 335 m 3 pour la charpente de la cafétéria et du CDI.
  • LVL : 133m 2 pour les contreventements de la cafétéria et du CDI.

par Adèle Cazier