wAys : Les deux voies pour accroître la qualité du séchage du bois

Date:

Share post:

Guillaume Carmassi, 35 ans, originaire du Lot-et-Garonne est installé à Rodez (Aveyron) depuis 10 ans. Il est tombé dans le monde du bois depuis tout petit : son père, menuisier puis professeur de menuiserie lui a transmis la passion du bois. Son diplôme d’ingénieur en poche, il s’oriente naturellement dans l’industrie du bois. Il travaillera pendant 10 ans en bureau d’études et en tant que responsable de méthode avant de prendre la tête de wAys Industrie et le rôle de directeur technique du Groupe wAys en 2021.

” Le séchage est une étape essentielle qui ne peut plus être négligée. “

Qu’est-ce qui vous a amené à créer une entreprise ?
Mon parcours professionnel m’a sensibilisé à la nécessité d’accroître la qualité de la filière bois en France et en particulier pour le séchage du bois. J’ai pu observer depuis longtemps que la qualité de séchage était très largement perfectible et pouvait avoir un impact important sur la qualité du bois.
Au-delà de la qualité, le séchage rime souvent avec gaspillage énergétique, ce qui n’est plus acceptable dans la période que nous vivons. J’avais des idées.
J’avais l’envie de changer les choses, de mettre en oeuvre mes idées afin de travailler sur ces deux aspects essentiels : l’efficacité énergétique et la qualité du bois. Je me suis lancé.


Comment s’est passé ce lancement dans l’entreprenariat ?
Pas comme prévu (rire), comme toujours dans l’entreprenariat je crois. J’avais prévu de reprendre une activité de séchage, ce que j’ai fait. J’ai commencé à la développer puis j’ai rencontré d’autres entrepreneurs qui se lançaient dans ce monde passionnant du bois avec un procédé révolutionnaire de séchage sous atmosphère de CO2. Ils avaient déjà un premier brevet sur ce process. Ils avaient besoin d’être accompagnés par un spécialiste du bois. Il ne m’a pas fallu trop de temps pour passer le pas. Nous avons décidé de mettre nos destins en commun.

“J’ai trop souvent vu des
professionnels hésiter à se lancer
et perdre des opportunités par
méconnaissance du séchage”

Qu’est-ce que ça a changé pour vous ?
C’est à la fois un changement et un prolongement logique de ma démarche d’innovation. Nous avons créé deux structures distinctes. Une première, wAys, pour l’exploitation de ce nouveau procédé à partir de CO2 et wAys Industrie pour l’exploitation du séchage conventionnel.
Pour wAys, j’ai une casquette de directeur technique. Nous entamons maintenant une phase industrielle avec le déploiement de premières unités cette année. Je supervise les développements techniques, qu’il s’agisse des tests que nous menons sur les bois séchés sous CO2 ou encore de l’optimisation du processus
Pour wAys Industrie, j’ai une casquette de directeur, touchant donc à tous les aspects de l’entreprise.

POUR LIRE LA SUITE DE L’ARTICLE COMMANDEZ ARTISANS&BOIS N°71

spot_img

Related articles

Des devis toujours à portée de main

Dans un souci de gain de temps et d’autonomie des professionnels du bâtiment, Würth France met en place...

Terrasse avec vue dans la baie de Dinard

Situé à Dinard, en Ille-et-Vilaine, l’Hôtel Thalasso Emeria se refait une beauté. Un chantier d’envergure qui prévoit une...

Le porte-panneaux Confort de Ostermann

Conçu pour faciliter les taches physiques, le porte-panneaux Confort permet aux menuisiers- agenceurs de soulever et de déplacer...

Cap à l’Est pour Point.P

Point.P vient de finaliser l’intégration de BCFC, négoce spécialiste dans la façade, l’isolation par l’extérieur et généraliste matériaux...