La revanche du comte de Monte-Cristo

La revanche du comte de Monte-Cristo

RESTAURÉES PAR L’ENTREPRISE BICHOT, LES MENUISERIES DU CHÂTEAU DE MONTE-CRISTO, COMPRENANT LE CHÂTEAU ET L’ANNEXE NÉOGOTHIQUE APPELÉE CHÂTEAU D’IF PAR ALEXANDRE DUMAS, BRILLENT AUJOURD’HUI DE TOUTE LEUR SPLENDEUR. DÉCOUVERTE, À L’OCCASION DES JOURNÉES DU PATRIMOINE.

En 2016, l’entreprise Menuiseries Bichot, spécialisée dans la restauration du patrimoine, répond à un appel d’offres pour restaurer les menuiseries extérieures des bâtiments du parc d’Alexandre Dumas à Port-Marly. Celles-ci concernent le bâtiment qui servait à Alexandre Dumas de cabinet de travail, rebaptisé par ses soins château d’If en référence à la forteresse marseillaise dans laquelle l’écrivain enferme son personnage, le comte du Monte-Cristo, et celles du château de Monte-Cristo lui-même, demeure que l’écrivain fit construire à titre de résidence entre 1844 et 1847. Véritables joyaux culturels, les châteaux d’If et de Monte-Cristo, signés Hippolyte Durand, sont remplis de références à l’œuvre de Dumas, à la littérature en général et à ses grands auteurs. Le château de Monte-Cristo fut notamment, pendant les deux courtes années où l’écrivain y résida à plein temps, le théâtre de fêtes opulentes et un lieu de création.

Rescapés de justesse

En dépit de ce riche passé, le domaine du Port-Marly a bien failli être rasé dans les années 1960 par un promoteur immobilier qui en fit l’acquisition dans le but de construire des résidences d’habitation. Les communes avoisinantes s’associèrent alors pour sauver la demeure de l’écrivain, mais ne purent la restaurer comme il se doit que des années plus tard, après avoir recueilli suffisamment de dons et mécénats, soit en 2016, quand l’appel d’offres est lancé. « Nous avons reproduit entièrement des menuiseries neuves selon les croquis d’origine et nous avons rénové d’autres menuiseries, le tout en chêne en provenance du centre de la France », explique Jean-Marc Bichot, à la tête de l’entreprise.

Dentelle et précision

Pour le château de Monte-Cristo, quatre menuiseries neuves ont été fabriquées, plus une porte et deux châssis soupirants. Huit fenêtres ont été rénovées. Le château d’If comprend deux nouvelles fenêtres et une porte, et pas moins de 21 petites fenêtres rénovées. « Nous avons sans doute eu beaucoup plus de travail avec le château d’If, mais les menuiseries sont toutes petites », précise le dirigeant. Quant à la porte d’entrée, il a été nécessaire de changer le sens d’ouverture pour la sécurité des sorties de secours, tout en préservant l’esthétique. « Nous avons travaillé main dans la main avec le vitrier qui a restauré les vitraux, que nous avons ensuite réincorporés dans les menuiseries. » Enfin, Bichot s’est chargé de la restauration du lambrequin de la toiture sur le château d’If, toujours à partir de chêne du centre la France. Un véritable travail d’orfèvre.

De A à Z…

« Nous ne faisons que ça, de la menuiserie bois dans la rénovation et la restauration du patrimoine ancien historique », explique Jean-Marc Bichot. L’entreprise, reconnue dans le domaine, emploie environ 15 personnes. « Un Compagnon prend en charge de A à Z la fabrication d’une fenêtre : il la fabrique, l’assemble et la pose. Les seuls postes où il y a une personne en charge d’une tâche précise sont ceux de la finition et du vitrage. ». Une organisation qui donne des résultats incontestables : les fenêtres du château du Monte-Cristo luisent aujourd’hui comme il y a plus d’un siècle et demi !

Alice Heras